meven's blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - internet

Fil des billets

dimanche 15 janvier 2012

28c3

Juste un billet pour promouvoir deux vidéos de conférences qui se sont passées en décembre à Berlin à l'occasion du Chaos Computer Club ( Chaos Computer Club (en) ).

Je vous recommande vivement de les regarder. Si vous aimez internet davantage que la censure, ou la distribution des savoirs plus que le contrôle.


28c3: The coming war on general computation

Il y a en relation un article sur linuxfr ( Guerre et paix : Tolstoï au 21e siècle, par Cory Doctorow au 28C3 ).

Tor est le plus connu des outils d'anonymisation sur internet. Il est combattu par les gouvernements, les même qui privent à leur citoyen certaines libertés élémentaires. Son actualité est très animée.


28c3: How governments have tried to block Tor

Je qualifie ce billet de politique car il en traite. Les questions soulevées sont des choix de société, d'éthique, rien de moi.

samedi 25 juillet 2009

Google Wave s'ouvre un peu

Google a fait l'annonce d'une libération de code sous Licence Apache 2, de deux programmes en relation avec le protocole Wave. Cela représente au total 40 000 lignes de code de java disponible via mercurial.

  1. le "Operational Transform" (OT), c'est en fait l'API de base pour le protocole Wave et son modèle.
  2. un prototype de client/serveur implémentant le protocole Wave.

Le serveur est une extension du serveur XMPP openfire. Une procédure d'installation est disponible, que j'ai testé.

Wave en console

On se retrouve avec un serveur XMPP avec l'extension Wave et un client en ligne de commande avec des commandes tel que :

 /open     id                       open a wave given an inbox id

On retrouve les principes des waves : partage d'objet, mise à jour temps réel entre les participants.

Le client n'a pas encore qu'une fraction des fonctionnalités du client GWT, mais avec une base de code pour travailler, qui sait ce que l'on peut obtenir.

Pour le serveur, d'après le billet de google, il implémente une version plus récente du protocole que le serveur de preview wavesandbox...

lundi 20 juillet 2009

Premières impressions sur Google Wave

Je viens d'obtenir un compte sur la "developper preview" de Google Wave.

J'avais été assez enthousiasmé en juin quand le projet avait été dévoilé.

Comme vous le savez sans doute, les wave sont des mixs de mail, messagerie instantanée, wiki et plus combiné dans une une même web-app. L'application est à la fois synchrone et asynchrone, extensible via des bots (traduction, publication...), des gadgets (carte, sondage etc..) qui permette d'enrichir l'utilisation.

Je vous livre mes premières impressions.

google wave

Rapide : On est surpris par la fréquence des mises à jour et l'instantanéité. On peut suivre un autre utilisateur en train d'éditer une wave. On se croirait avec gobby, excepté qu'il s'agit d'une application web dans un navigateur.

Bruyant : Les utilisateurs sont des développeurs. On parle nouveauté, information pratique, le tout avec beaucoup, beaucoup de bruit. Il y a une fonction "spam!", il faudra que je la teste.

Prometteur : Les fonctionnalités sont là : édition des pages à plusieurs, messages en fil de discussion, avec possibilité de le faire en privé...

En devenir On est encore au stade preview, l'instabilité se fait sentir. Et pour moi il manque surtout l'ouverture d'une implémentation d'un serveur, qui promet d'être interopérable avec les autres serveurs implémentant le protocole.

J'ai hâte d'en avoir une utilisation dans un cadre réel et davantage décentralisé.

Pour l'heure, il me reste plus qu'à découvrir le nouveau joujou du point de vue d'un développeur ;)

mardi 11 septembre 2007

"Nouvelle Origine" de Philippe Lemoine

Je vous recommande la lecture de cette interview de Philippe Lemoine.

L'interview est très intéressante. Philipe Lemoine, membre de la Cnil y mêle internet, liberté individuelle, philosophie et culture...

Morceau choisis, Un véritable combat s’est ouvert, qui explique le malentendu autour du copyright, des droits d’auteur. Les forces d’argent essayent d’agréger autour d’elles les artistes en prétendant que l’on veut les empêcher de vivre, d’être rémunérés. Ce qui est aux antipodes de la volonté des internautes. Au contraire, les artistes ont probablement tout à gagner d’une certaine désintermédiation.

Ce que je retiendrais de cette interview:

  1. au sein de la Cnil se trouve des gens qui réfléchissent beaucoup avec un vision résolument moderniste. Il existe une voix pour s'opposer aux tentacules des majors et des politiques quand ces derniers oublient ce qu'est internet et ce que sont nos libertés individuelles.
  2. Internet est un enjeu philosophique et culturel donc politique.
  3. il va y avoir du changement, et il n'y a pas que moi qui le dit.

mardi 14 août 2007

Internet libre, ou Minitel 2.0 ? par fdn

Je viens de voir à partir de cette page cette vidéo sur fdn.fr.

Je blog pas mal sur le logiciel libre, mais qu'en es-t-il de internet ?
Cette vidéo de conférence met en exergue le retours en arrière du modèle économique d'internet, qui ressemble de plus en plus à celui du minitel et de la téléphonie traditionnelle. C'est à dire, un abonnement pour avoir accès à un ensemble de service centralisé (à Paris naturellement). C'est le cas de mon blog par exemple et de tous les skyblogs plus ceux hébergés chez 1&1 dédibox etc ..., nos blogs ne sont que des services payants centralisés dont l'objet est de nous permettre d'héberger un site. On peux rapprocher ça aux pages roses, à par dans le contenu, c'est exactement la même chose. Google et tous les moteurs de recherche sont comparables au moteur de recherche du minitel, rien n'a changé depuis, mot clé -> interrogation des serveurs centraux -> réponse.

Cela fait froid dans le dos. Ce qui m'a fait le plus peur c'est le fait fait que les opérateurs empêche toute hébergement décentralisé par les particuliers en bridant l'upload des connexions aux particuliers(il existe des formes d'ADSL à débit symétrique mais ils sont réservés aux professionnels).

Je souhaiterais voir un internet comme à ses débuts que je n'ai pas connu : auto-hébergement, réseaux de réseaux, maitrise du contenu par ses auteurs d'un bout de la chaine à l'autre individuellement et en toute indépendance, en toute liberté d'expression, décentralisation des contenus et des voix de l'informations.

Ce que orange/FT, Free/Iliad, Neuf/Cegtel/SFR ne permettent pas. En France le web ressemble plus à un carré qu'à une toile.

Mais comme pour le logiciel libre, une chose est sure l'internet libre l'emportera, comme à l'époque l'imprimerie mis des siècles avant de se libérer du joug des puissants et des religieux. La liberté d'expression l'a emporté dès lors que la culture est suffisante à la compréhension des enjeux et que la technique est démocratisée. L'enjeu est de taille, la liberté d'expression sur le média le plus jeune et amené à supplanter les autres.

Via linuxquimper.org/forum.