meven's blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 juin 2013

Uluru, Kata Tjula et Kings Canyon

Je suis parti avec un américain et un hong kongais en road trip à la découverte des sites d'intérêt du centre rouge : Uluru, Kata Tjula et Kings canyon.

Notre trip a duré 3 nuits et 4 jours.

Uluru est très surprenant quand on s'approche, cette grosse masse rocailleuse. Il est beaucoup visité. Il a une belle marche Uluru à faire.

La marche dans Kata Tjuta est très sympas. Le trip a été excellent, J'ai adoré déguster un verre de vin devant un feu en face de Uluru. Les petits ennuis mécaniques ne faisant qu'ajouter du charme et du suspens au périple.

En circulant dans le red centre, on s'attend surtout à voir des kangooroos. Mais j'ai eu davantage l'occasion de voir dingos, chevaux et chameau.

A l'heure où je publie ce billet, je suis en vol pour la France.

lundi 17 juin 2013

Kakadu & Litchfield

Après avoir passé quatre jour à Darwin, j'ai loué avec un danois, un allemand et un néerlandais un 4x4 pour passer 5 jours dans les parcs nationaux de Kakadu et Litchfield. J'ai pas été déçu.

Kakadu était un parc que je tenais particulièrement à visiter. Et bien que l'on y est passé plus de trois jours, cela ne m'a pas paru suffisamment long pour apprécier la dimension de ce parc. Il est plus grand qu'un département français.

Le parc regorge de paysage somptueux. La faune et la flore sont magnifiques et parfois uniques au monde. Il se compose majoritairement d'un bush assez classique parsemé de termitières de diverses tailles.

Mais les parties les plus intéressantes sont les escarpements à l'est où se trouvent les chutes d'eau.

Et au nord, les zones humides qui regorgeant de vie en particulier d'oiseau. Les nombreuses rivières et billabongs hébergent les plus grands reptiles au monde, les crocodile d'eau salée, que je n'ai eu la chance que d'entrapercevoir.

C'est un bon endroit pour faire des randonnées dans le bush. C'est aussi un bon endroit pour pratiquer du off-road en 4x4 sur des pistes de gravier ou des pistes pour 4x4.

On peut y croiser dingo, wallaby, chevaux, buffles, divers iguanes et même des ânes sauvages.

Litchfield est très beau également mais moins spectaculaire et moins grand. Il a l'avantage d'être bien plus facile à visiter, puisque seuls quelques sites d'intérêt nécessite l'usage d'un 4x4.

Je suis parti à Alice Springs au Sud deux jours après être rentré à Darwin.

dimanche 9 juin 2013

Cairns et vers Darwin

J'ai passé un mois à Cairns. J'y ai fait pas mal la fête. J'y ai trouvé un boulot mais pas génial et qui n'a pas duré. J'ai pu profité du lagoon et du beau temps. Mais il s'est dégradé au fil du temps où j'y suis resté.

J'y ai beaucoup lu profitant d'un hamac avenant. J'y ai fait du saut à l'élastique, on ne vie qu'une fois. J'ai pu faire une escapade avec 7 autres backpackers pour faire le tour des chutes d'eau aux alentours de Carins.

Et bien sûr j'ai rencontré un paquet de gens. Mais il était temps de partir, les jours se suivent et se ressemblant trop.

Puis j'ai rencontré une fille qui cherchait des gens pour compléter un camping car pour faire Cairns Darwin en 4 jours. Il s'agit d'une relocation. On déplace le véhicule en échange de quoi on voyage sans payer la location, seulement l'essence. On était cinq, trois français, une française et un allemand. Partis vendredi après midi, arrivés mardi après midi. On a traversé des zones semi désertiques, aperçu des émeus sur le bord de la route des chats mais surtout des kangaroos et wallabies écrasés servant de dîner à des hordes de milans, de corbeaux et d'aigles.

On me l'avait et j'ai pu le vérifier, les nuit sont froides dans le nord ouest du Queensland dans l'outback. Puis une fois atteint le Northern territory et en commençant à remonter au nord cela se réchauffe. La végétation se densifie quelque peu. On s'est très peu arrêté sauf pendant les deux derniers jours.

mardi 16 avril 2013

Lemon picking

Le thining s'est terminé le 22 février. Ensuite, je suis parti à Childers pour attendre la reprise du ramassage de citron. J'ai du patienter deux semaines à cause du temps.

L'hôtel backpacker dans lequel je suis resté était plein de différentes nationalités, l'ambiance était très bonne.

Picture_105.jpg

J'ai terminé de ramasser des citrons le 9 avril brusquement, puisque l'on a appris que cela terminait la veille. Le boulot était pas trop mal. Comme c'est payé à la bin, on s'arrête pas beaucoup de travailler. Il y a juste deux désavantages on s'écorche et on se salit. On s'écorche comme les citronniers sont pleins d'épine et on se salit car les arbres sur lesquels on travaillait ont passé 4 jours sous les eaux au moment des inondations.

On avait une bonne ambiance de travail y compris avec notre superviseur.

Mais le boulot ne permettait pas d'économiser. On a travaillé qu'une seule fois une semaine complète en 5 semaines travaillées.

IMG_0682.jpg

Puis il y a une semaine je suis parti dans un backpacker à Bundaberg pour bosser dans les mandarines. Le problème est que remplir une bin de mandarine est deux fois plus dur, les fruits étant plus petits et moins denses. De plus on ramasse non seulement par rapport à la taille du fruit mais aussi par la maturité du fruit qui se traduit par sa couleur. J'ai quitté ce boulot.

Je vais aller vers le nord mais je ne sais pas encore où. À priori Cairns.

PANO_20130312_175653.jpg

mardi 12 février 2013

Inondations et thining à Gayndah

Inondations à Bundaberg

Fin janvier s'est pas passé une terrible tempête tropicale. Elle était prénommée Oswald et a parcouru quasiment toute la côte est de l'Australie du Nord au Sud. Il a plus ici en 3 jours plus que ce qu'il pleut d'habitude en une année. S'en est suivi d'importantes inondations, un peu partout. La ville de Bundaberg où j'étais pour fêter l'Australia day, la fête nationale, s'est trouvé isolée par voie terrestre.

Plusieurs ponts ont été submergés, un hôpital a été évacuée par hélicoptère, les quartiers nord de la ville était en majeure partie sous les eaux et étaient totalement coupés du monde.

La ville de Gayndah a subi également d'importants dégâts. Des conteneurs emportés par les flots ont fissuré le pont de la ville.

Nous avons du attendre plusieurs jours avant de pouvoir rentrer à Coalstoun Lakes, le temps que l'eau se retire et que les routes inondées soient de nouveau accessibles.

Inondations à Bundaberg

Inondations à Bundaberg

À notre retour nous avons découvert une étendue d'eau de pluie derrière la maison. Elle forme un petit lac et à ce jour, il ne s'est toujours pas vidé. Les canards et grenouilles s'y plaisent à merveille.

Lac derrière la maison

Je travaille depuis le premier février dans le thining. Le job consiste à arracher de mandarinier le trop plein de fruit qu'ils ont à leurs branches à l'aide d'un râteau.

Une madarine et un serpent

De temps à autre on rencontre des serpents. Le premier jour, un serrpent à attaquer un collègue, sans conséquence heureusement. Mais le plus souvent on les voit dans les arbres et on les évite simplement. L'équipe de dix personnes à quinze personnes est composé de gallois, allemand, néo-zélandais, écossais, anglais et italien.

Rangée de mandarinier

Panorama des abords de la maison de Coalstoun Lakes

mardi 15 janvier 2013

Gayndah / Coalstoun Lakes / Biggenden

J'ai commencé à travailler dans une ferme juste après noël, le 27 décembre. Je fais du ramassage de pastèque et du ramassage de pierre dans les champs à l'occasion. La terre est volcanique ici et les champs contiennent encore beaucoup de débris rocheux qui complique la vie des fermiers.

Nuage de chauve-souris à Gayndah

Le travail est dur. Levé vers 4h du matin pour commencer à 5h. On ramasse plus de 40 tonnes de pastèque par jour. Je fais équipe avec des australiens, des hollandais, des gallois et des français.

Chargement d'un camion

Une araignée

Les patrons sont très gentils et rendent le bouot plaisant. L'exploitation est tenue par deux frères, aidés par la femme d'un des deux et les fils quand ils sont en vacances. L'un des deux frères nous a prêté une maison inhabitée qu'il a récupéré et qui se situe à deux pas de chez lui. J'y habite depuis deux semaines avec les deux hollandais et deux français qui nous ont rejoins il y a deux jours.

La maison dans laquelle je réside

Des Cacatoès rosalbin ou galah en anglais

Je voyage désormais en solo m'étant séparé de mes deux compagnons après après avoir trouver le job. Ils voulaient faire autre chose.

Trouvez le kangooroo

Il y a pas mal de balade à faire dans les environs. On se situe dans un espèce de plateau volcanique entouré par des volcans de 63 millions d'année. J'en ai visité un jeudi. Certains cratères contiennent un lac.

Un arbre en haut d'un volcan

Bonne année, happy new year, bloavez mad

mardi 18 décembre 2012

Suite du périple, Queensland

IMG_0040.JPG

Python dans le parc de Bundjalung

Après un périple de 1100 km environ et de près d'un mois sans se fouler, nous sommes à Bundaberg, première grande étape du voyage. C'est une ville entourée de champs où les backpackers sont légions. Sur la côte à moins de 10 kilomètres, on peut observer des tortues pondre, mais à la nuit tombée seulement.

Depuis près de deux semaines je suis dans le Queensland. J'ai passé quelques temps du côté de Bribie Island, une île de sable, près de Calbooture au Nord de Brisbane. Les 4x4 peuvent y rouler sur la plage sous réserve d'avoir un permis pour.

IMG_0408.JPG

Pêcheur de requin, une heure de bataille

IMG_0314.JPG

Couché de soleil à Bribie

Puis nous sommes allés à Noosa Heads, très sympathique cité balnéaire. Dépendamment de la météo, on peut voir certains jours des centaines de surfers. Et suivant la météo c'est soit longboard, ou short board.

IMG_0311.JPG

IMG_0444.JPG

Au parc national de Noosa, nous avons pu observer un koala dormir... Il attire les touristes, et se prénomme Dave à ce que l'on m'a dit.

Nous sommes maintenant à la recherche de boulot. Nous allons y rester pour les fêtes.

Merry Christmas.

vendredi 16 novembre 2012

Les oiseaux australiens

15 jours plus tard je suis toujours à Sydney mais plus pour très longtemps. Je suis sur le point d'acheter une voiture avec deux autres français et partir ensuite vers le Nord en roadtrip.

Pour frimer un peu je vais montrer quelque photos d'oiseaux australiens. C'est quelque chose que l'on remarque assez vite, il y en a beaucoup, n'importe où. Ils sont bruyant, souvent grands et beaux.

IMG_0421.JPG

Le Cacatoès à huppe jaune. Ils sont très communs et difficiles à rater à cause de leur chant cri strident et fort qu'ils poussent n'importe quand.

IMG_0385.JPG

IMG_0405.JPG

Il y a des pélicans, que l'on peut trouver le long de la côte.

IMG_0075.JPG

Il y a des échassiers de tout genre, comme ici un héron garde-bœufs (Cattle Egret en anglais).

IMG_0284.JPG

Un oiseau au doux joli nom de Cassican flûteur. Ça ressemble à une pie.

IMG_0219.JPG

IMG_0319.JPG

Le Vanneau soldat (Masked Plover) fait son niz à même le sol, comme ici au milieu d'une pâture d'où la bouse...

IMG_0412.JPG

Le Laughing Kookaburra (Martin-chasseur géant en français) est un oiseau très plaisant dont le chant est très caustique.

Je ne montre ici que les photos à peu près réussies. J'ai vu en réalité beaucoup plus d'oiseaux d'espèces différentes mais sans avoir eu le temps de prendre de bonnes photos d'eux. Il manque notamment le Loriquet à tête bleue (Rainbow Lorikeet), qui est très commun ici et très coloré comme son nom anglais l'indique.

mardi 30 octobre 2012

NSW côte Sud et animaux sauvages

Je suis descendu la semaine passée dans le sud du New South Wales, à Berara, puis près de Narooma dans le parc national d'Eurodalla. Cela a été l'occasion de voir mes premiers kangooroos et wallabies en plein jour. J'ai pu voir aussi de nombreux autres animaux, baleines, dauphins, échidnées, oiseaux en tout genre...

Les échidnés ressemblent à de gros hérissons. J'ai eu la chance de tomber dessus deux fois en une semaine, alors que ce n'est pas un animal facile à trouver. IMG_0238.JPG

Une journée à la plage, on a pu observé plusieurs fois plusieurs baleines faisant leur cabrioles non loin de la côte. C'est assez difficile à photographier, elles peuvent rester plus de 20 minutes sous l'eau et leurs acrobaties ne durent que quelques secondes. Heureusement c'est plutôt facile à repérer grâce à leur taille. IMG_0381.JPG IMG_0372.JPG

Une journée nous avons été voir les chutes de Tuross. Elles se situent à 2 bonnes heures de route dans l'intérieur des terres. Les routes sont en fait des pistes de montagne, pas très rassurante à vrai dire. Et le voyage n'en valait pas tellement la peine.

IMG_0338.JPG

Mais cela a été l'occasion de voir quelques animaux sur la route, des walabies, serpents, et iguanes. IMG_0315.JPG

Sur plusieurs lacs, j'ai pu observé des cygnes noirs. IMG_0352.JPG

Je suis de retour à Sydney avant de repartir dans quelques jours vers une destination pour l'instant incertaine.

mercredi 17 octobre 2012

Les plages de Sydney

Ces derniers jours j'ai pu visiter deux plages de Sydney. L'une près de Cronulla, n'est accessible qu'en 4x4.

IMG_0112_2.JPG

L'autre, celle de Manly est une plage de surfer.

IMG_0134.JPG

Et toujours plus de photos de Sydney :

IMG_0161.JPG

J'ai vu ma première baleine aujourd'hui depuis le ferry qui nous menait à Manly.

dimanche 14 octobre 2012

De Kuala Lumpur à Sydney

Atterrissage à Kuaka Lumpur à 6h10, 00h10 heure française. J'ai 14h à passer sur place, la visite de la ville s'impose donc. En dehors des bâtiments, on ressent très vite la chaleur (aux alentours de 30°C) et l'humidité. Le temps est beau mais instable, d'ailleurs c'est parti à l'orage à un moment.

IMG_0023.JPG

IMG_0026.JPG

Départ dans la nuit pour Sydney, encore 7h30 de col et 3 heures de décalage horaire et le voyage sera terminé. Ici il fait plus frais et très ensoleillé. Premier tour dans le port de Sydney l'après-midi. Mais avec la fatigue cumulée, cela n'a pas été très long.

IMG_0046.JPG

mercredi 10 octobre 2012

Départ en Australie

Demain départ pour l'Australie.

Je suis à 18 heures du décollage à l'heure ou j'écris ces lignes.

Petite escale à Kuala Lumpur et c'est parti pour l'aventure.

Pour l'instant j'apprécie la grisaille de Paris en comptant les heures.

Paris la grisaille

dimanche 15 janvier 2012

28c3

Juste un billet pour promouvoir deux vidéos de conférences qui se sont passées en décembre à Berlin à l'occasion du Chaos Computer Club ( Chaos Computer Club (en) ).

Je vous recommande vivement de les regarder. Si vous aimez internet davantage que la censure, ou la distribution des savoirs plus que le contrôle.


28c3: The coming war on general computation

Il y a en relation un article sur linuxfr ( Guerre et paix : Tolstoï au 21e siècle, par Cory Doctorow au 28C3 ).

Tor est le plus connu des outils d'anonymisation sur internet. Il est combattu par les gouvernements, les même qui privent à leur citoyen certaines libertés élémentaires. Son actualité est très animée.


28c3: How governments have tried to block Tor

Je qualifie ce billet de politique car il en traite. Les questions soulevées sont des choix de société, d'éthique, rien de moi.

jeudi 11 février 2010

Fosdem 2010

J'étais de passage au fosdem 2010.

On pouvait croiser des machines bizarres tels que Reprap et autre makerbot dans les stands.

Cette année je n'ai assisté que à deux conférences, mais pas des moindre.

Minix 3

La première était une conférence de Andrew Tanenbaum, père de Minix. Minix est un système POSIX compliant développé par son équipe de recherche et lui même.

La dernière version Minix 3 présente de très belles fonctionnalités en terme de fiabilité. Il est capable de détecter des plantages de driver, d'utiliser plusieurs implémentation de driver pour un même périphérique et de basculer l'usage de l'un à l'autre sans perte de données.

Il prépare comme nouvelle fonctionnalité entre autre la mise à jour du noyau sans redémarrage.

Et comme d'habitude une bonne conférence se ponctue par quelques répliques cocasses :

Licensed under BSD Do whatever you want
- Except sue us

Ou bien encore

Yes, The mascot is a racoon :
Because it is small, smart, agile
And most importantly, it eats bugs.

RockBox

La deuxième conférence à laquelle j'ai assisté était animé par un développeur derrière Rockbox, le firmware ouvert pour lecteur mp3.

Rockbox

C'est un projet de 8 ans, qui vise à proposer un firmware alternatif et libre pour un maximum de lecteur audio. Il s'installe sur ipod(sauf touch), archos etc...

Je l'apprécie beaucoup, l'ayant utilisé auparavant dans feu mon ipod. Il faut se rendre que la masse de travail à fournir pour supporter un seul baladeur est énorme. Le reverse engineering prend une part énorme du travail. Et la tâche se complexifie, les constructeurs corsent de plus en plus les choses.

Malheureusement j'ai manqué une conférence qui semblait forte intéressante : Scaling facebook.

vendredi 11 décembre 2009

Weave par Mozilla la sauvegarde de profil fait maison

Avec la sortie des extensions dans google chrome et la version 4, il me vient une idée : Et si pour synchroniser mes marques-pages je pouvais me passer des serveurs de google pour changer. Et mieux encore, et si, je pouvais synchroniser les deux meilleurs navigateurs du moment chrome et firefox.

J'en rếvais, Mozilla l'a déjà fait. Le projet dont je parle s'appelle Weave. Il est issu du Mozilla Labs, la pépinière d'innovation de mozilla. Mozilla Weave Il vise à permettre de fusionner ses marques-pages d'un poste à l'autre et plus encore, de manière sécurisée et in the cloud (Un buzzword, un).

D'un côté une extension firefox ou fennec (le firefox mobile) qui récupère les données et de l'autre un serveur qui les stockent et les rend disponible n'importe quand.

Ce type de fonctionnalités n'est pas nouveau, et google le propose dans chrome directement sans extensions. La grande différence avec les autres services du genre et celui de google est selon moi son ouverture. Le code est entièrement ouvert côté client (l'extension pour firefox) et, chose moins commune, côté serveur.

Résultat : rien n'empêche d'héberger son propre serveur weave pour plus d'indépendance vis à vis de google ou même de mozilla. C'est ce que j'ai fait grâce à la procédure du wiki de weave (attention la documentation a des défauts, à suivre avec précaution). Le serveur est en Php, ce qui simplifie grandement le déploiement.

Capture extension Weave

L'outil est d'ores et déjà fonctionnel et la version 1.0 est en préparation.

Dans ces conditions, à quand une synchronisation des marques-pages et paramètres de chrome avec weave et mieux encore avec firefox. Le tout totalement indépendamment de google !

Je pense que ce n'est qu'une question de temps, sinon je m'intéresserais bien à l'écriture d'une extension pour chrome ;).

samedi 25 juillet 2009

Google Wave s'ouvre un peu

Google a fait l'annonce d'une libération de code sous Licence Apache 2, de deux programmes en relation avec le protocole Wave. Cela représente au total 40 000 lignes de code de java disponible via mercurial.

  1. le "Operational Transform" (OT), c'est en fait l'API de base pour le protocole Wave et son modèle.
  2. un prototype de client/serveur implémentant le protocole Wave.

Le serveur est une extension du serveur XMPP openfire. Une procédure d'installation est disponible, que j'ai testé.

Wave en console

On se retrouve avec un serveur XMPP avec l'extension Wave et un client en ligne de commande avec des commandes tel que :

 /open     id                       open a wave given an inbox id

On retrouve les principes des waves : partage d'objet, mise à jour temps réel entre les participants.

Le client n'a pas encore qu'une fraction des fonctionnalités du client GWT, mais avec une base de code pour travailler, qui sait ce que l'on peut obtenir.

Pour le serveur, d'après le billet de google, il implémente une version plus récente du protocole que le serveur de preview wavesandbox...

lundi 20 juillet 2009

Premières impressions sur Google Wave

Je viens d'obtenir un compte sur la "developper preview" de Google Wave.

J'avais été assez enthousiasmé en juin quand le projet avait été dévoilé.

Comme vous le savez sans doute, les wave sont des mixs de mail, messagerie instantanée, wiki et plus combiné dans une une même web-app. L'application est à la fois synchrone et asynchrone, extensible via des bots (traduction, publication...), des gadgets (carte, sondage etc..) qui permette d'enrichir l'utilisation.

Je vous livre mes premières impressions.

google wave

Rapide : On est surpris par la fréquence des mises à jour et l'instantanéité. On peut suivre un autre utilisateur en train d'éditer une wave. On se croirait avec gobby, excepté qu'il s'agit d'une application web dans un navigateur.

Bruyant : Les utilisateurs sont des développeurs. On parle nouveauté, information pratique, le tout avec beaucoup, beaucoup de bruit. Il y a une fonction "spam!", il faudra que je la teste.

Prometteur : Les fonctionnalités sont là : édition des pages à plusieurs, messages en fil de discussion, avec possibilité de le faire en privé...

En devenir On est encore au stade preview, l'instabilité se fait sentir. Et pour moi il manque surtout l'ouverture d'une implémentation d'un serveur, qui promet d'être interopérable avec les autres serveurs implémentant le protocole.

J'ai hâte d'en avoir une utilisation dans un cadre réel et davantage décentralisé.

Pour l'heure, il me reste plus qu'à découvrir le nouveau joujou du point de vue d'un développeur ;)

jeudi 9 juillet 2009

Table ronde politique

Je participe cette année aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre J'ai eu l'occasion d'assister à la table ronde politique qui s'y tient. Cette année, elle n'accueille pas de politiques :/.

Ce n'est pas les bonnes volontés qui ont manqué, semble-t-il. Il faut croire que l'actualité des parlementaires ne permet pas à nos députés de participer au débat public, hors-hémicycle.

Ce qui est sûr, c'est que les associations, les personnes mobilisées de tout bord eux sont bien présents.

La table ronde politique accueille notamment Benjamin Bayart, le président de FDN (célèbre orateur de la conférence minitel 2.0), la chargée des affaires publiques de l'April, le porte parole de la quadrature du net et Tangi Mortier, un membre de deputesgodillots.info.

wanda CC-BY-SA-NC

Le titre de la conférence Neutralité du Net, liberté d’expression sur Internet en dit long. Et l'actualité sur ces sujets mérite d'être débattue.

La table ronde a été ponctuée d'extraits vidéo des positions de la député Martine Billard participante active aux débats sur l'HADOPI.

Cela a permis d'illustrer la nouvelle forme de débat qui se construit avec les débats HADOPI mais qui se pré-sentait à l'époque de DADVSI. Notamment, les envois de mail, d'argumentaires, d'encouragement à leurs députés ont pesés sur les débats.

On a vu de nouveaux comportements apparaître ou une nouvelle exposition par la retransmission des débats. D'où l'initiative députés godillots, qui recense les députés expriment des opinions opposés à leur vote au nom du parti ou qui ne comprennent pas grand chose aux débats, d'où le fameux pare-feu d'open-office et autre citation croustillantes.

On a eu différents exemples des actions et résultat des différentes actions engagés par des citoyens. En particulier, d'excellentes anecdotes de députés godillots que je vous conseille. On pourra apprendre là-bas les noms des meilleurs députés joueurs de démineur et autre freecell.

La transparence des débats

Une notion qui émerge au travers de ces débats et de cette table ronde, on voit apparaître un besoin accru de transparence des débats. Il faut que les citoyens puisent suivre les débats, les prises de position de nos députés élus. Or lors de ces débats, les citoyens assistant aux débats, ont vu de nouvelles réactions apparaître. Au choix :

  • le déplacement dans les tribunes des citoyens suivant les débats. Un forme de routage non neutre.
  • l'interdiction des trombinoscopes en dépit des règles, (ce sont des documents parlementaires, donc autorisés par le règlement), il aura fallu l'intervention de Martine Billard pour rappeler le règlement.
  • l'accès au nombre d'intervention des députés, qui n'est plus diffusé depuis peu.
  • l'autorisation récente des ordinateurs dans l'hémicycle, mais sans accès au réseau.
  • l'interdiction des ordinateurs pour le public assistant au débat.

Morceaux choisis

Entendu au sujet des envois des mails envoyés aux députés lors des débats : Il ne faut pas croire qu'envoyer un mail n'est pas redirigé vers / dev / null Alix Cazenave

Au sujet du déplacement du public dans les tribunes : Vous dérangez la droite, on vous met à gauche. Tangi Mortier

J'attends les tweets de Martine depuis l'hémicycle. Benjamin Bayart

La vidéo de la table ronde sera bientôt mise en ligne des formats ouverts et des licences ouvertes sur le site des RMLL.

mercredi 11 mars 2009

La Création, c'est la taxe - internet c'est le contrôle

Avec la loi dite "Internet et création", dite HADOPI, nos ministres sont de dignes de Georges Orwell qui avait imaginé un système politique dans lequel le pouvoir se projetait dans un anti-thèse "La guerre c’est la paix - La liberté, c’est l’esclavage - L’ignorance, c’est la force".

Il n'y a pas de quoi rougir de la comparaison. Ce texte de loi n'est tout simplement pas ce qu'il prétend être mais son exact opposé - tout comme Orwell l'avait imaginé.

Cette loi affirme soutenir la création - hors elle ne prévoit nullement de soutien à la création, pas de financement, ni aucun autre forme de soutien. Tout ce qu'elle érige, c'est une rustine pour faire peur aux internautes et les rediriger vers les distributeurs autorisés, deezer, itunes, l'abonnement ou si ils ont les moyens vers un supermarché de la musique.

Elle prétend parlé de Internet, qui pour moi est encore un espace de liberté. Mais elle parle davantage des moyens à mettre en place pour rendre internet en France un peu plus comme celui en Chine où "The great Fire wall China" (le grand pare feu de Chine) permet à leur gouvernement de purement et simplement filtrer, supprimer des contenus et poursuivre leurs dissidents.

L'Hadopi, c'est un filtre d'état qui ne dit pas son nom. Pour l'instant, ce pouvoir de pistage des internautes sera remis dans les mains d'entreprises privés, qui n'aurait qu'à dénoncer les méchants pirates qui ont osé télécharger ou pire partager le dernier album d'un de leur artiste. L'artiste tellement heureux d'être distribué accepte avec joie la part des 8% de ses ventes qui lui reviennent.

C'est d'autant plus évident lorsque nos droits sont réaffirmés au parlement Européen.


L'amendement 138, adopté à 88 % par le parlement Européen, prévoyait qu'"aucune restriction aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux ne doit être prise sans décision préalable de l'autorité judiciaire".

Pour cet amendement, dit amendement Bono du nom de son auteur, c'est notre gouvernement en la personne de notre président qui en a demandé le retrait qui pourrait perturber la mise en place de la loi. Finalement la commission va affirmer son indépendance en disant non, Mais par la suite le conseil des ministres de l'Union va le supprimer en catimini sans autre forme de procès.

Est ce que nous souhaitons laisser ce genre de police se mettre en place en France ? L'Hadopi est un instrument du pouvoir exécutif. Il est capable d'identifier des usagers d'internet, également appelé internaute, par leur simple empreinte numérique. Et ensuite il est capable de sanctionner, pour l'instant par une coupure de ligne internet - c'est à dire privé la personne de son droit d'expression. Et demain ?

Ce pouvoir n'est pas séparé du pouvoir exécutif, au profit du pouvoir judiciaire comme la logique de la démocratie et de la séparation des pouvoirs l'exigerait mais il est confié à des intérêts privés, donc particuliers contre les millions d'internaute.

Notre gouvernement souhaite tant s'octroyer ce pouvoir, pour s'en convaincre, il suffit de suivre les annonces des ministères (de l'intérieur à l'éducation) et de l'Élysée.

Ils embauchent des manipulateurs d'opinion publique (à l'Èlysée, au ministère de l'éducation nationale), exactement comme le fait le gouvernement chinois avec le partie des des cinq mao en Chine.

Ce gouvernement me fait peur.

Je ne suis pas le seul à le penser. (Un autre lien encore). D'ailleurs l'HADOPI ne fait pas l'unanimité au sein de l'Europe. D'autres avis sont également intéressants :


Mais si les français sont persuadés que nous vivons dans le meilleur des mondes et que notre gouvernement veille sur les internautes et les détenteurs des droits alors pourquoi s'en faire.

Le gouvernement et les personnes dont il défend les intérêts persistent dans leur bourrage de crâne. Sans laisser de place au débat ou même à la contradiction, comme le montre l'absence au dernier colloque/débat sur le thème de cette loi de ces détracteurs qui n'étaient tout simplement pas invités : ni Xavier Niel, PDG de Free, le FAI trouble fête, ni la quadrature du net, ni non plus l'UFC-QueChoisir.

Il y a t il de la place pour un peu d'espoir ? Le premier pas serait d'adopté des principes qui garantiraient nos libertés comme Le Pacte pour Les Libertés Numériques.

J'espère que ce message sera lu pour deux bonne raison:

  1. j'ai passé du temps à rédiger ce présent article :p
  2. J'ai peur des implications de ce que nos dirigeants préparent comme l'illustre cette citation déjà célèbre et vieille de 13 ans :

Je suis tout le temps soucieux au sujet de mon enfant et d'Internet, bien qu'elle soit encore trop jeune pour se connecter. Voilà ce qui m'inquiète. Je redoute que dans 10 ou 15 ans elle vienne me voir et me demande « Papa, où étais-tu quand ils ont supprimé la liberté de la presse sur Internet ? »@@

source

Et sur une note pour plus légère : Je suis un guss dans un garage et vous ?

samedi 7 mars 2009

Fosdem 2009 troisième partie

Upstart par Scott James Remnant

L'objectif de Upstart est de fournir un gestionnaire de démarrage remplaçant des scripts init et un système de gestion de services, leur démarrage, arrêt et status.

Les avancés promises par Upstart sont nombreuses. On oublie les "sleep" dans les scripts init qui faisait perdre beaucoup de temps au démarrage. Upstart sera charger de synchroniser le démarrage des services du sytème et d'en gérer les dépendances, Par exemple 'gnome a besoin de dbus pour démarrer.'. Il fournit également un mécanisme d'évènements du type "dbus quitte". Oublier la torture des runlevels.

Upstart est utilisé dans ubuntu et dans fedora 10.

L'année 2009 devrait être marquée par ce projet par la sortie de upstart 1.0 ou bien 0.5 si toutes les fonctionnalités ne sont pas implémentées. Cette future version sera le fruit d'une réécriture complète.

MediaWiki par Brion Vibber (CTO de l'ONG Wikimedia)

Conférence MediaWiki Photo par Phillie Casablanca sous licence CC


Vous connaissez sans doute wikipedia. Si vous ne le connaissez pas, c'est sans doute que vous n'avez pas été sur internet depuis un moment.

C'est une citation du conférencier que j'ai pu intercepter.

La fondation wikimedia se fixe d'ambitieux objectifs. La conférence parle du point de vue technique, on parle donc de mediawiki, le wiki qui fait vivre wikipedia.

Apprendre de wordpress pour l'amélioration de l'utilisabilité/ergonomie, ouvrir le développement de mediawiki au maximum pour avoir une liaison avec la communauté (actuellement ce projet compte 55 développeurs et quelques millions d'utilisateur :P).

- page 1 de 4